samedi 8 décembre 2018

Cent dixième anniversaire de la naissance de Max Rouquette

Une information retransmise par Sauramps, le musée Fabre, le département d’occitan de l’Université Paul-Valéry et l’équipe de recherches RedOc / LLACS :

Max Rouquette, tel qu'en Lui-même…
Le cent dixième anniversaire de la naissance de Max Rouquette (8 décembre 1908) sera l'occasion de faire le point sur son actualité éditoriale, constituée cette année d'un recueil de courts textes d'abord parus en revues, publiés aujourd'hui par L'aucèu libre, et des toujours très attendus cahiers Max Rouquette.

Max Rouquette : Dins la boca del pòble d'òc / Dans la bouche du peuple d'oc, Notes au fil des jours, rassemblées, traduites et présentées par Philippe Gardy, avec des photographies de Georges Souche, édition L'aucèu libre, 2018.
Parus dans la revue Tèrra d'òc entre 1942 et 1945, ces textes furent écrits pendant que Max Rouquette était médecin d'Aniane. Ce sont des notes relevées sur le vif, des portraits de personnages réels mais improbables, des anecdotes quotidiennes mais surprenantes, des expressions populaires occitanes pleines de poésie brute et de vigueur sauvage, cueillies comme des fleurs de talus.
Dans le dernier texte, Max Rouquette exprime avec éloquence le projet de toute son œuvre, qui est aussi celui de ce petit recueil : « Dans le temps comme dans l'espace, j'ai toujours éprouvé pour le peuple de ma terre et de ma langue un sentiment charnel et tendre, une communion très étroite, une soif de présence, une envie de caresser et de toucher, de ressentir la tendresse fraternelle des hommes... »

 Les cahiers Max Rouquette, n° 11-12, Association Amistats Max Rouquette, 2018.
Ce volume double des Cahiers Max Rouquette se centre cette année sur le thème de la photographie. Max Rouquette a travaillé avec de nombreux photographes qui tantôt ont illustré son œuvre, tantôt l'ont inspirée, à moins qu'ils n'aient portraituré l'auteur lui-même pour tenter de saisir l'énigme de la création littéraire. De la rencontre de « ces alliés substantiels » sont nés plusieurs livres, la plupart s'efforçant de saisir l'esprit des lieux et du pays par l'effort conjugué du texte et de l'image. On peut en citer quelques-uns : Harold Chapman et Claire Parry, Charles Camberoque et André Hampartzoumian, Sylvie Berger, Bernard Plossu, Georges Souche...
On trouvera aussi dans ce très riche numéro des articles sur les rapports de Max Rouquette avec l'Italie, faisant suite au précédent, et la chronique de Josiane Ubaud, « Le petit monde vert de la garrigue chez Max Rouquette », ainsi qu'un entretien avec Joan Larzac, traducteur de la Bible, et la recension de nombreux ouvrages récemment parus en ou sur l'occitan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire